Accueil

Histoire

Situation

Renseignements

François Mercier

Diaporama

Freyssinet

boîte aux lettres

plan du site

Marie la Généreuse

 

Marie Mercier

 

Marie Coulignon voit le jour à Tronget le 5 février 1865.

Fille d'entrepreneur comme François Mercier, ils se marient le 2 août 1884.

Elle paraît plus effacée que François, mais le seconde et le suit sur tous les chantiers.

A la mort de François en 1920, elle soutient et relaie l'action de son époux.

Lorsque le Sanatorium de Tronget ouvre ses portes aux malades en 1922, elle en assume la Présidence de la Commission de Surveillance jusqu'en 1933, date de sa mort.


Elle multiplie les donations pour achever et faire fonctionner l'établissement :

Son oeuvre de bienfaisance est connue et appréciée de tous.
Elle sera nommée Chevalier de la Légion d'Honneur et Officier de l'Instruction Publique. A Moulins, son nom sera donné à la Cité d'Urgence ainsi qu'à l'ancienne rue des Braves.

séparation de paragraphe

Le sanatorium Marie Mercier

Centre Médical Marie MERCIER poursuit l'oeuvre de son mari décédé en 1920 et milite pour qu'un autre établissement, quant à lui destiné aux femmes, puisse voir le jour.
Sa force de persuasion et les immenses besoins à satisfaire firent que le Pavillon Marie MERCIER ouvrit ses portes en Janvier 1934, sur la commune de Rocles.

séparation de paragraphe

Vers la reconversion :

face à la baisse de fréquentation du sanatorium, Madame le Docteur Heyrend est reçue le 30 juin 1955 au Ministère par Monsieur Aujaleu, directeur de l'Hygiène Sociale. S'en suivent 6 licenciements, le blocage des embauches et la prise en charge des tuberculeux diabétiques âgés de plus de 10 ans. En 1959 sur 146 lits, seulement 83 sont occupés.

Le sanatorium François Mercier a commencé de fonctionner au début des années vingt et le sanatorium Marie Mercier au milieu des année trente. A l'origine ces établissements se distinguaient pour l'essentiel suivant le sexe de leurs patients,masculin pour François Mercier, féminin pour Marie Mercier traitant chacun des affections tuberculeuses.
Ces établissements auraient pu être regroupés sous une direction médicale unique. Dans les faits depuis 1937 il y eut deux directions médicales. Etablissements publics sans personnalité morale, ils étaient gérés par une commission de surveillance selon la réglementation fixée par le décret du 24 mai 1948 sur les sanatoria.
La question de la réorganisation et de la fusion s'est posée de façon endémique à partir de la promulgation de la loi du 31 juillet 1968 sur la reconversion des sanatoriums.
Ces établissements qui s'étaient trouvés dans l'impossibilité de recruter des tuberculeux en nombre suffisant recevait des malades en convalescence, la reconversion était urgente.
Dés 1969 des démarches avaient été entreprises, aucune n'avait abouti. Lorsque la parution de la loi du 4 janvier 1978 relative au classement des établissements hospitaliers et notamment la mise en place de service de moyens et longs séjours, l'administration s'est trouvée devant trois obstacles :

Après la levée de tous ces obstacles ce n'est que le 30 août 1983 que le Ministère des Affaires Sociales et de ia Solidarité Nationale a autorisé l'érection des deux établissements en un établissement public, par le Préfet de l'Allier. Celui-ci devait trouver sa place pour répondre aux besoins du département . Une rénovation s'imposait, ce qui fut fait, en premier à Marie Mercier puis à François Mercier.
Il fallut aussi que sur le plan médical le nouvel établissement réponde à un besoin :

Puis par arrêté préfectoral du 28 mai 1996 fut créé le Syndicat Interhospitalier du Bourbonnais qui regroupe le Centre Médical François et Marie Mercier à Tronget et l'Hôpital de Saint Pourçain sur Sioule. Cet arrêté est en cours de révision.

Références : Vers la reconversion : texte de Pierre Mazières et Paulette Beaupère

haut de page Haut de page

Références des articles de la page :
- Colloque et exposition Cliosto 19/21 septembre 2003
- Articles de M. Pierre Bordes, Président de Cliosto, "Le Nouvel Echo" du 21/02/2004
- Article "La Montagne" du 16/09/03 ;
- Plaquette d'accueil du Centre Médical François et Marie Mercier ;
- Plaquette d'accueil de la Commune de Tronget.
- Photo de M.Mercier : "Collection privée ; droits réservés"