Accueil

Mon. aux morts

Les amis de Pierre Brizon

Eglise, Prieuré

Prieuré

Diaporama

Min. de la Culture

Ch. de la Lande

de Lichy de Lichy

Diaporama

plan B,6

Min. de la Culture

Sentier Pédago.

Plan du sentier

Les Croix

Diaporama

boîte aux lettres

plan du site

Le château de La Lande

XIV ème siècle : façades et toitures sont inscrites à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 9 Octobre 1969.

Le Château de La Lande, élevé au XIV ème siècle, dépendait de la Châtellenie de Murat.
Jean Béraud, Ecuyer, seigneur de Givry, fils d'autre Jean Béraud, damoiseau, qui rend aveu en 1357 et 1367 pour différents fiefs du Bourbonnais, comprend dans ses dénombrements du chef de la femme Marguerite de Neuville, l'hôtel et terre de la Lande, sur la paroisse de Rocles. La Lande appartenait en 1484 à Jean de Givry escuyer.

Il passa par alliance dans la maison de la Souche. Par contrat du 15 décembre 1538, Anne de la Souche, dame de la Lande, épouse Jean d'Aubigny.
En 1569, Nicolas de Nicolay ne parle que du " lieu et maison noble de La Lande".
Vers 1645-1650, Jacques de Dreuille était qualifié de seigneur de La Lande. En 1775, François fils de Gilbert de Dreuille écuyer, en rendit hommage, en même temps que de la seigneurie de Franchesse, dans la châtellenie de Murat. François-Senneterre de Dreuille, écuyer, époux de Perrette de La Barre, était reconnu comme seigneur de La Lande. En 1754, La Lande relevait toujours de la châtellenie de Murat et fut apportée par mariage aux vicomtes de Lichy de Lichy.

Château de la Lande

On dit que la Lande aurait été une ancienne commanderie de Templiers et il est possible que, sous Louis XI, elle ait pu servir de prison d'état.

De par son aspect, ses douves (aujourd'hui asséchées), son chemin de ronde, l'épaisseur de ses murs et son architecture puissante et austère, cette construction féodale prend assurément l'allure d'une maison forte.



Le donjon carré à quatre niveaux ressemble à ceux des Bordes (Couzon) de La Souche (Doyet), de Noyant et de Gayette.
Mais, sa particularité tient à la présence d'une galerie de bois en croix de Saint-André qui le couronne, reposant sur une série de corbeaux et rappelant l'existence d'anciens hourds. (Le corbeau de l'angle ouest est chargé d'un écu aux armes des Bourbons). Le toit en pavillon accuse une forte pente.


Chapelle du château

Sur la façade Nord, celle de l'entrée, est engagée une haute tourelle circulaire, ajourée de cinq petites lucarnes. Son toit conique repose sur une ceinture de corbeaux, permettant d'envisager là aussi d'anciens hourds. Sur la façade opposée, s'élève une tour carrée au toit à pavillon et à galerie de bois identique au corps principal. . Face à l'entrée, s'élève une chapelle de style gothique.



séparation

Henri IV et le tambour

Quant à la jolie histoire du nom curieusement doublé du Vicomte De Lichy De Lichy, c'est au Béarnais qu'on le doit.
Henri IV, ainsi, récompensait un brave au travers d'une formule écrite de sa main et léguée à la postérité sur une peau de tambour. Nous laisserons à la plume de M. l'abbé Gueneau le soin de nous la conter à la façon des troubadours d'autrefois.

C'est l'Henri, l'Henri de Navarre
Redoutable pour l'ennemi
Qui ne fut jamais un avare
Pour encourager ses amis..

Oyez comment bellement brille
Aujourd'hui dans le Bourbonnais
Le nom glorieux d'une famille
Par l'amitié du Béarnais.

On lit au livre de paroisse
D'une commune de chez nous
Qu' Henri se vit dans la mélasse
Au point de mourir sur le coup.

Ses ennemis voulaient le battre
Plusieurs le prenaient à revers
Et notre vaillant Henri Quatre
Faillit se trouver à l'envers.

De sa suite bondit un noble
Afin de lui sauver la vie.
"- Apprenez-moi comment se nomme
Ce lion, aussi brave qu'Henri

- Je n'ai point d'écus, point de terre
- Pour récompenser De Lichy
Reçois d'Henri ton nom de guerre
Et sois De Lichy De Lichy

Apportez-moi vite un tambour,
Dit le Roi à l'un de ses gens,
Et j'y marquerai pour toujours
Le souvenir de ce moment.

Ton Roy, DE LICHY DE LICHY
Te juge AUSSI NOBLE QUE LUY
Tu es AUSSI BRAVE QUE LUY
C'est Henri, TON ROY QUI L'A DIT."

Dans le dernier couplet, le texte en capitales rouges est le texte exact qui traduit la récompense de ce fait glorieux.

haut de page Haut de page